recherche
 
20.10.2019 par YR
num.292 octobre 2019 p.12
Collex-Bossy : élection repoussée !

Collex-Bossy : élection repoussée

Il est des « annonces surprises » qui ne surprennent pas, tant le sujet semble avoir été maudit de longue date par une vile sorcière ou un rebouteux mal-luné. Dans le cas présent, il s’agit du report de l’élection de deux adjoints au maire de Collex-Bossy, désormais prévue au 20 octobre 2019.

Erreur administrative

Le 3 septembre, la chancellerie d’Etat du Canton de Genève a publié le communiqué suivant : « En raison d’une mauvaise indication sur le bulletin de vote pour l’élection complémentaire de deux adjoint-e-s au maire de la commune de Collex-Bossy, la chancellerie d’Etat a décidé de reporter le scrutin ».

Et plus loin : « Un nouveau matériel de vote sera dès lors envoyé début octobre aux électeurs et électrices de la commune de Collex-Bossy ». Sur son site internet, la commune de Collex-Bossy qualifie le petit incident « d’erreur administrative ». Le premier tour n’aura donc pas lieu le 15 septembre, mais bien le 20 octobre prochain.

La bourde de l’administration cantonale a vite été relevée par nos confrères de la Tribune de Genève, qui se sont renseignés derechef auprès de la chancellerie, afin de connaître le coût du report du vote. « Le chiffrage est en cours, il devrait avoisiner 5000 francs », leur a répondu Florence Noël, directrice de la communication et de l’information à la chancellerie.

Un feuilleton qui dure… et qui dure !

L’actuel maire de Collex-Bossy, Ricardo Muñoz, a été élu en janvier de cette année, plus de six mois après le début d’un long jeu de chaises musicales.

En effet, l’ancien maire et l’une de ses adjointes étaient en arrêt maladie depuis juin 2018. Un mois plus tard, la seconde adjointe a démissionné de son poste. En septembre 2018, enfin, M. Muñoz avait été élu… adjoint. Le reste des postes à la tête de l’exécutif collex-bossiote étaient quant à eux remplis par deux administrateurs nommés par le canton, en intérim.

L’objectif est désormais d’achever l’intérim du dernier administrateur encore en place pour définitivement rétablir l'Exécutif sur ses deux jambes, en le confiant aux mains de politiciens élus par la population.

Ironie de l’histoire, si le vote d’octobre prochain venait à se dérouler sans encombre, ce conseil administratif nouvellement constitué ne tiendra alors en place que quatre petits mois, d’ici aux élections municipales du 15 mars et 5 avril 2020.

Vraiment, quelle histoire !

Texte et photo : Yann Rieder

auteur : Yann Rieder

<< retour