05.02.2019 par YR
num.286 mars 2019 p.24
#Local : l’émission de Léman Bleu favorisait son plus large contributeur

L’émission #local, co-financée par plusieurs communes genevoises (dont Versoix), n'a finalement pas tenu une année à l'antenne de la chaîne régionale Léman Bleu. L'OFCOM n'a pas apprécié le fait que l'émission se concentre particulièrement sur Onex, qui était parmi les plus grandes contributrices au pot commun de financement.

Ce non-respect de la loi sur la radio et la télévision (LRTV) a débouché sur une demande claire de l’OFCOM : la chaîne doit revoir la répartition des reportages par région ! 

Léman Bleu épinglée sur Onex mais pas sur le reste

L’affaire n’est pas nouvelle : nous y avons déjà consacré un papier en avril 2018. Voilà un petit extrait de notre article de l’époque, alors que l’émission n’était diffusée que depuis quelques semaines :

« Dans un document mis en ligne sur le site de la commune de Bellevue en janvier (et rendu indisponible depuis), Léman Bleu y promeut # local, sa « nouvelle émission régionale, dès 2018 » dont l’objectif est de « partir à la découverte des sept communes de la rive droite du lac et promouvoir l’identité collective d’une région dynamique de notre canton ! ». »

La situation est depuis devenue plus délicate. Alors que l’OFCOM nous avait indiqué garder un oeil sur Léman Bleu sans a priori négatif, il s’avère que la chaîne n’a pas respecté ses engagements vis-à-vis de son indépendance.

À nos confrères de la Tribune de Genève, Mme Canova de l’OFCOM a déclaré : « Sur la période examinée, presque la moitié des sujets étaient consacrés à Onex, bailleuse à 50% du programme, (…) la démarche était alors assimilable à un achat de temps d’antenne par une collectivité publique, ce qui n’est pas compatible avec le principe d’indépendance des médias à l’égard de l’État, ancré dans la LRTV ».

Contactée par nos soins, Mme Canova a précisé que ce comportement disproportionné envers Onex ne concerne pas les autres communes, quant bien même il s’agit de la même émission. « Ces conclusions ne concernent aucunement les autres communes qui ont choisi de financer l’exécution du mandat d’information de Léman Bleu ».

Car le co-financement d’émissions d’informations est possible et légal, sous certaines conditions : « Le principe d’indépendance de la radio et de la télévision à l’égard de l’Etat n’exclut pas qu’une collectivité publique locale participe au financement d’un diffuseur de radio ou télévision au bénéfice d’une concession fondée sur la LRTV ». 

En outre, l’OFCOM ne voit pas de problème à ce que — pour reprendre les mots du directeur de Léman Bleu l’an dernier — « Les sujets qui fâchent continueront d’être traités, mais plutôt par la rédaction centrale dans le cadre du journal habituel ».

Réponse de l'autorité fédérale : « L’OFCOM ne saurait voir une entorse à l’indépendance des journalistes, si la rédaction en chef décide de réserver le traitement de certains sujets à son émission principale d’information. ».

Flou artistique entre journalisme et communication

Contacté par nos soins, M. Keller n’a pas souhaité répondre à nos questions ou commenter la situation. Il s’est toutefois exprimé auprès de nos confrères de la Tribune de Genève, analysant la situation comme suit : « En gros, l’OFCOM nous enjoint à davantage panacher la provenance des sujets ». Et d’annoncer qu’il étudie la possibilité de mettre en place des « contreparties audiovisuelles autres que des reportages ». 

Là où l’OFCOM parle de « mandat d’information » et de « couverture spéciale » financée par des « collectivités territoriales locales », M. Keller est plus cru et parle donc de reportages comme de « contreparties », entretenant un flou artistique entre journalisme et communication.

Et à Versoix ? Le Conseil administratif nous a transmis la déclaration suivante, que nous citons intégralement : « A l’instar de toutes les communes du Groupement des Communes de la Rive droite du lac (GCRDL), Versoix a décidé de ne pas poursuivre la collaboration avec Léman Bleu, estimant que le projet qui avait été accepté en 2017 a trop changé.

Par ailleurs, la mise en valeur du GCRDL au travers de l’émission #local ne peut être poursuivie. Le Conseil administratif a lancé une réflexion interne, qu’il partagera en temps opportun avec la Commission de la culture et de la communication du Conseil municipal, en vue d’utiliser de la meilleure façon possible le budget voté à ce sujet en décembre. »

Pour prendre la température du conseil municipal versoisien, nous avons ensuite contacté M. Julien Marquis (PLR), président de la commission culture et communication. « En substance, la commission a pris acte de ce que la convention liant les communes concernées à Léman Bleu avait été résiliée, les conditions de la poursuite d’un partenariat permettant une couverture utile et fructueuse (…) n’étant plus réunies. Aussi une réflexion a-t-elle été lancée s’agissant de la communication audiovisuelle de la commune. »

L’émission #local, quant à elle, continue d'être produite et diffusée par Léman Bleu à un rythme hebdomadaire. 

Texte : Yann Rieder

auteur : Yann Rieder

<< retour