31.10.2015 par AP
num.254 déc.2015-janvier p.24
Jérémy Jaussi, loin du KISS et proche des jeunes

Vous avez pu lire ses compte-rendus du Conseil municipal dans nos pages, puis ses longs articles engagés. En tant que benjamin du Conseil municipal lors de la législature de 2011 à 2015, le jeune Vert, qui s’est fait remarquer par son engagement pour le sport, entame à présent son deuxième mandat au Conseil municipal. Portrait de Jérémy Jaussi, un élu préoccupé par l’absentéisme des jeunes en politique.

Ni gauche ni droite
En parallèle de ses études d’enseignant en anglais et histoire, Jérémy Jaussi approche la politique en assistant aux séances du Conseil municipal afin de rédiger un compte-rendu pour le Versoix Région. Après 4 ans à ce poste, il est approché par plusieurs partis, qui lui proposent de venir assister à leurs séances internes. Curieux, Jérémy accepte ces invitations,
et peut ainsi se faire une idée de différents groupes politiques de Versoix. Malgré la bonne volonté des politiciens, c’est son association qui lui donne le déclic. En tant que président du Club de tennis de table de Versoix, Jérémy Jaussi observe un certain décalage entre les besoins du club et le retour communal qu’il reçoit. Conscient que ce déphasage est présent dans plusieurs domaines, il décide de s’investir pour faire bouger les choses.
Vient alors le moment de choisir parmi ces différents partis qui lui font la cour. Or, la décision n’est pas des plus simples, car Jérémy Jaussi n’affectionne pas le principe de parti, qui oblige parfois un individu à se taire pour ne pas décrédibiliser son propre camp, bien que cela soit moins le cas au niveau communal. Mais plus encore, la notion de gauche-droite l’insupporte : “Ça cristallise les choses. Ce qu’on pourrait avoir sous forme de dialogue, on l’a sous forme de débat, parce que c’est soit tu es de gauche, soit tu es de droite. C’est très binaire, et il n’y a pas de place pour une recherche commune de solutions.”
Son choix finit par se porter sur les Verts, car il estime qu’il s’agit du parti qui pratique le moins la technique du KISS, le “Keep It Simple and Stupid” (Garde-le simple et stupide), utilisé efficacement pour faire passer un message simpliste et parfois réducteur aux électeurs. Une fois sa demande d’adhésion acceptée, le jeune homme se porte candidat au Conseil municipal, et y entre en 2011, à 27 ans.
Jeunesse et panneaux solaires
Réélu en 2015, Jérémy Jaussi se réjouit de voir deux candidats plus jeunes siéger au Conseil municipal. Néanmoins, 3 sur 27 n’est pas une proportion suffisante, tout comme celle des femmes. “Quand on a une majorité d’un conseil qui est composée d’hommes, cadres, et âgés, on se retrouve avec des décisions qui leur correspondent”, estime-t-il. A travers son métier d’enseignant, où il dispense entre autres des cours d’éducation citoyenne, il essaie d’encourager la jeunesse à participer à la vie politique de leur commune. L’absentéisme des jeunes, il ne l’explique pas. Désintérêt, peur, satisfaction de la situation actuelle? Jérémy n'a pas la réponse, mais souligne les avantages qui devraient pousser les jeunes à se motiver : l’apprentissage d’une multitude de choses sur des sujets variés (gestion d’une commune, organisation des sports, urbanisme, etc.) en très peu de temps, et la mise en contact avec un réseau qui peut s’avérer précieux. Mais Jérémy Jaussi ne se contente pas de donner des leçons, car c’est aussi pour montrer l’exemple qu’il s’est engagé au sein de Versoix. Agir au lieu de se plaindre, utiliser ses devoirs de citoyen pour faire bouger les choses, voilà le message qu’il fait passer parmi ses élèves.
La volonté de motiver femmes et jeunes à s’intéresser à la politique fait partie des objectifs prioritaires de la législature de cet élu. De plus, il déplore que les ressources humaines et financières soient restreintes, ce qui force les conseillers municipaux à se concentrer sur les projets en cours. L’augmentation de l’autonomie énergétique versoisienne, qui dépend de la continuité de la solarisation des bâtiments communaux et d’une meilleure information des particuliers, est un des processus qui lui tient à coeur. Et à la suite de ces cinq ans supplémentaires au Conseil municipal, Jérémy Jaussi compte probablement se retirer momentanément pour accorder davantage de temps à sa famille. En laissant une jeune relève derrière lui…?

 

 

 

auteur : Anouk Pernet

<< retour