27.02.2015 par ro
num.246 mars 2015 p.14
Le projet de port à Tannay

Le port de Tannay, réalisé avec des remblais de l’autoroute entre 1957 et 1958, suscite, depuis 1974 de profondes et constantes réflexions de la part de la Commune de Tannay en raison de sa vétusté et de ses équipements totalement désuets et anachroniques.

Après une trentaine d’études et de variantes diverses, un sondage effectué en 1993 auprès des habitants de Mies et de Tannay plébiscitait le concept d’un nouveau port sur la base d’un port en pleine eau dénommé «port parapluie », afin de créer un lieu accueillant destiné tant aux navigateurs qu’aux promeneurs. Depuis 1995, ce projet alimente régulièrement la chronique entre les adversaires du « pour » et du « contre » après l’échec de 2 projets en 1998 et 2005.


Les autorités de Tannay ont à cœur de construire pour le futur en intégrant ce port dans une géographie discrète et tranquille, comme souligné par Jean-Lou Gabayet, ancien arbitre international et ancien président de la Fédération Suisse de voile qui écrivait « ... Le nouveau port permettra à de nombreuses personnes passionnées de pouvoir accéder à la navigation lacustre, alors que les places disponibles ailleurs sont rares. Au vu des documents disponibles, son emprise totale ne semble pas disproportionnée et il sera très vite intégré dans le paysage lémanique. »

Ainsi, le projet du port de Tannay intégrera une promenade à 200 m. du bord, large de 15 m. et longue de 160 m. Elle offrira aux promeneurs un lieu de détente et un point de vue unique sur le lac.

Ce port devisé à près de 12 millions de francs est financé par les fonds d’une coopérative à but non lucratif. Cette coopérative a été initiée par les communes de Mies et de Tannay en avril 2000 sur les recommandations d’un juriste éminent, actuel syndic d’une commune de la région, suivant en cela les recommandations et les souhaits de l’Etat appelant à la création de partenariats privés-publics.

Ce projet fédérateur rassemble plus de 200 habitants de Terre Sainte et des communes proches dont 152 de Tannay et de Mies.
La coopérative composée de 4 Tannayrolis (dont Municipaux en exercice) et d’un expert lacustre reconnu, prend à sa charge l’entier des coûts du port ainsi que les éclairages, bancs, arborisation et toutes les infrastructures portuaires immédiates et futures (grue par exemple).

Le port offrira 269 places dont 212 comprises entre 6 et 9 m. et sera équipé de catways en lieu et place des bouées et corps-morts traditionnels. Les communes ont déjà souscrit 40 places à l’usage de leurs concitoyens réparties pour moitié et les habitants de Tannay auront un droit prioritaire sur l’attribution des places disponibles tant à la location qu’à l’achat des boucles d’amarrage.
Le bureau technique qui a été mandaté par la coopérative, totalise la création de plus de 3000 places sur le lac, gage de ses compétences. Ainsi de nombreuses études ont été effectuées par des bureaux reconnus en ce qui concerne la courantologie, la bathymétrie, les aspects sédimentaires, les contraintes environnementales et géologiques ou par l’UNI de Genève pour les études archéologiques.

Parallèlement, le concept du port a reçu l’aval de nombreux navigateurs chevronnés ainsi que des services et instances de l’Etat. Le port qui sera présenté dans une deuxième étape, offrira un très grand confort de manœuvre et de tirant d’eau et une largeur en Ouest et en Est très sûre.

On le sait, les places sur le lac sont problématiques en raison de leur rareté, ainsi un projet comme celui de Tannay offre de nouvelles perspectives pour les navigateurs et les communes riveraines du lac, aussi le dernier mot va à Madame Giovanna Fanni, Présidente de l’APB (Association des propriétaires de bateaux) qui écrit :

« Construisons pour le futur et non pour le court terme.
J’espère que les Tannayrolis sauront bien choisir ».

NB
La STEP intercommunale qui vient d’être démolie a été remplacée par une STAP (station de pompage) déjà fonctionnelle et le Torry, ancien exutoire des eaux de pluie sera prochainement remis à l’air libre comme exigé par les services de l’environnement et le canton de Vaud. Par ailleurs, la réhabilitation de la RC1, déjà votée par les communes riveraines du lac (Mies, Tannay, Coppet et Founex) offrira un cadre de vie de qualité à tous les habitants de cette région avec la pose d’un revêtement phono absorbant et un aménagement paysager de qualité pour cette importante artère de circulation. Un nouveau cadre de vie s’offre aux Tannayrolis et à tous les riverains de cette région, espérons pour le bien de tous… !

Commune de Tannay

auteur : rédacteur occasionnel

<< retour